Vidéo 1
Vidéo 2
Vidéo 2
Teaser vidéo 3
Teaser vidéo 3
Vidéo 3
Vidéo 3

Intentions des Directeurs Académiques de l'Ain

Depuis le début de notre conflit avec l’Académie de l’Ain, l'Education Nationale :

  • nous a signalés abusivement,

  • nous a poursuivis devant le Tribunal Correctionnel de Bourg-en-Bresse.

     

Au terme d’une période extrêmement éprouvante pour notre famille, nous avons été relaxés par le Tribunal Correctionnel car l'infraction n'était pas constituée. L’accusation de l’Académie de l’Ain  reposait sur un mensonge.1

 

Extraits du jugement rendu le 22 Mai 2012 

 

1 - Nous étions accusés d’avoir refusé d’inscrire nos enfants dans un établissement scolaire après réception de la mise en demeure de l’inspecteur d’académie, mise en demeure qu’il n’a jamais envoyée.

 

Pour des raisons de concision, nous épargnons au lecteur la valse des courriers qui nous ont valu d'être poursuivis par l'Education Nationale. 

Le seul et unique problème de cette administration est que nous refusons les tests illégaux qu'elle veut imposer à nos enfants, alors que l’assurance d’un contrôle respectueux de nos choix éducatifs nous est garantie par la Constitution.

 

Le harcèlement de l'Education Nationale est pourtant en flagrante contradiction avec ses propres conclusions sur l'objet officiel des contrôles, à savoir : l'instruction de nos enfants :

 

  • le 31 janvier 2011, Philippe Sauret, alors Inspecteur d'Académie de l'Ain, déclarait:

Cela ne l’a pas empêché d'être à l'origine du signalement qui nous a envoyé devant le Tribunal Correctionnel.

 

  • dans un courrier daté du 26 février 2012, Lionel Tarlet lui-même écrivait :
  • le 18 juillet 2012, dans leur compte-rendu de contrôle, Monsieur Grousset et Madame Mazet, Inspecteurs du Rectorat de Lyon ainsi que Monsieur Sireix, Inspecteur à Bellegarde, affirmaient   : 

Rajoutons également que toutes les familles pratiquant l'instruction à domicile sont soumises à une enquête de la mairie de leur commune tous les deux ans. Monsieur Tarlet a reçu, selon la procédure légale, la conclusion de cette enquête :

 

*Extrait du rapport du Maire de Mijoux, le 28 Mars 2012 :

Ces extraits démontrent on ne peut plus clairement que ces Inspecteurs et Directeurs Académiques savent que Tom et Lilou sont « heureux, instruits, épanouis ».

Ils dévoilent l'acharnement de Lionel Tarlet, qui use de sa position pour nous faire plier, tentant à présent de nous forcer à inscrire Tom et Lilou dans une école :

 

Extraits du dernier courrier de Lionel Tarlet du 24 janvier 2013 :

En d’autres termes, par cette mise en demeure, Lionel Tarlet nous menace nous, parents d’enfants « heureux, instruits, épanouis », d'une peine de 6 mois de prison ferme (peine maximale encourue) et de 7 500 euros d'amende - (Art.227-17-1 du code pénal).

 

Nous n'avons pas obéi à sa mise en demeure, et n'y obéirons pas, même avec la menace de prison au-dessus de nos têtes. 

 

 

 

Cliquez sur la vignette
Cliquez sur la vignette

En Allemagne, les familles qui refusent de scolariser leurs enfants vont en prison. Il est intéressant de savoir que cette loi est une loi nazie, signée par Hitler lui-même, qui voulait qu'aucun enfant ne lui échappe.